Day 1 :

  • Hoa Lư

Tarifs : 20 000 VND/personne

Départ de bon matin avec Nga et le chauffeur ! Le temps de quitter la frénésie urbaine de Hanoï, l’on se retrouve très vite sur les grands axes d’autoroute, où défilent les paysages : plus verts et plus calmes. Alors que nous nous rapprochons du lieu de notre première visite programmée, je remarque au loin de grandes montagnes verdoyantes, qui me rappellent celles de la baie d’Along. Nga me fait alors savoir qu’entre ces collines se situent les baies de Tam Coc et Trang An.

Nous y arrivons ; et déjà l’on se fait courser par les petites vendeuses aux alentours pour qu’on leur achète des fruits et autres marchandises typiquement touristiques. Au fur et à mesure que nous progressons et nous promenons dans le site, je me rends compte finalement que j’étais déjà venue l’année d’avant. Mais la dernière fois c’était différent ; j’avais eu recours aux services d’une agence organisant des visites guidées… C’était franchement décevant (restons polie 😉 !), donc je n’avais pas eu le temps de bien tout visiter. Cette fois-ci, j’avais eu le temps de bien m’informer (merci internet et le Routard… oups !)

  • Temples dynasties Dinh et Le

Ce sont ainsi deux temples qui ont été construits en l’honneur des dynasties Dinh et Lê, dans le district de Hoa Lu qui était autrefois la capitale du Vietnam. J’ai apprécié l’architecture et j’étais avant tout très impressionnée de voir toutes ces constructions encore très bien conservées depuis des siècles jusqu’à aujourd’hui.

Nga m’a alors montré le salut obligatoire à faire devant chaque autel ou représentation divine importante : 3 saluts consécutifs avec les paumes de mains jointes. Il est vrai qu’on apprécie beaucoup la culture asiatique, aux nombreux rituels. Mais l’on manque en connaissances sur les codes et comportements à adopter lorsqu’on visite des lieux sacrés, où le respect est primordial pour les vietnamiens et autres populations d’Asie du Sud Est. J’essaye alors de profiter des connaissances de Nga, pour adopter les bonnes attitudes au fur et à mesure des visites.

  • Trang An

Tarifs : 200 000 VND/personne

Nous poursuivons alors notre chemin en direction de Trang An, ce que j’avais hâte de voir ! Ayant déjà fait Tam Coc, l’on n’a cessé de me dire que Trang An était incontestablement encore plus belle, et moins touristique. Je modère le moins touristique (la plupart des sites le sont dès lors que plus de 3 personnes le mentionnent !), mais je valide totalement la beauté sauvage et si paisible en même temps de ce site. Avec la juste dose de soleil, l’eau scintille et reflète d’autant plus la végétation dense des alentours.

Pendant 3h nous naviguons avec un couple de brésiliens, et nous enchaînons les passages entre grottes et la baie. Je me sens vraiment minuscule parmi de telles grandeurs naturelles. Certaines de ces grottes sont si étroites que l’on doit presque se coucher pour protéger nos têtes. La meneuse de barque pousse alors ce cri assez marrant (phonétiquement Kou Kou etc…) pour nous en avertir. En chemin, nous traversons la plus longue grotte de Trang An, sur près de 1,7 km. On aperçoit des chauves-souris au détour d’une grotte. Je constate également à ma grande surprise que le site est resté très propre ; en effet, je n’ai vu aucun déchet. Dans mes souvenirs, la baie d’Along était beaucoup moins propre, mais que surtout il y avait beaucoup de vendeurs qui ne cessaient de vendre aux touristes toutes sortes de produits de consommations (bouteilles d’eau, fruits, snacks…).

L’entrée est sans doute un peu plus chère, mais cela permet aussi de préserver le site.

  • La Belle Vie Tam Coc homestay

Bien fatiguées, nous allons intégrer notre chambre à La Belle vie Tam Coc homestay. C’est une chambre d’hôte très familiale, gérée par un couple très accueillant et gentil. Le jardin y est magnifique et vous pouvez ainsi profiter de cet endroit paisible pour vous reposer. Peut-être y sommes-nous restées un peu trop longtemps, vous comprendrez mieux par la suite.

  • La réserve aux oiseaux de Thung Nham

Nous décidons ensuite de repartir pour terminer la suite du programme de la journée ; il s’agit de la réserve aux oiseaux de Thung Nham. Nous prenons le mode de transport très utilisé en campagne, des plus jeunes aux plus âgés, à savoir le vélo. Des sensations que je redécouvre, plus ou moins agréables (#fessesàvélo) de pédaler à travers la campagne vietnamienne. Plus nous avançons, plus je constate la simplicité de la vie des vietnamiens. Des maisons simples mais bien entretenues mais surtout des odeurs de cuisine faite maison comme je les aime tant.

En cours de route, je me rends alors compte que la notion de « loin » n’est pas la même pour moi et les vietnamiens. Tout le monde ne cessait de nous dire que l’endroit était « près » … et bien après presque 50 minutes à pédaler, croyez-moi j’ai bien retenu la leçon. Nous embarquons vite sur une barque avec un autre groupe (genre de team building) pour aller observer les oiseaux tous regroupés sur des branchages au milieu d’un petit îlot, comme une mangrove. Le soleil commence à se coucher, on aperçoit encore bien les oiseaux voler au-dessus de nous. Puis après une bonne demi-heure, nous regagnons le rivage. Et au moment de reprendre le vélo, je comprends clairement que nous allons devoir pédaler en pleine nuit…sans aucune lumière. Nous regagnons finalement, après une bonne heure notre homestay.

  • Spécialité de la province de Ninh Binh

Lors du dîner, j’ai ainsi pu goûter à la viande de chèvre fermentée, spécialité de la province de Ninh Binh. Cela ne m’enchantait pas trop au départ, mais la viande était si bien assaisonnée que j’en étais très surprise d’apprécier autant.

Morales de la journée : moi et les vietnamiens n’avons pas la même notion du loin et du près ! Entamer des visites à partir de 16h40 est inutile car la nuit arrive assez vite

Day 2 :

  • Mua cave

Après un très savoureux petit-déjeuner, nous partons en direction de la montagne Mua. Je suis parvenue à convaincre Nga de trouver une alternative au vélo, car je savais déjà qu’on allait être fatiguées et ne profiteraient pas des Mua caves. Nous louons facilement un scooter et partons. Elle est avant tout réputée pour ses vues incroyables sur Tam Coc et ses sculptures incroyables sur ses pics rocheux à savoir un dragon sur la gauche, et un autel en l’honneur d’une divinité. Les 495 marches à gravir en valent totalement la peine ! Quelques peu irrégulières, elles demandent un certain effort, mais tout le monde parvient au sommet, à son rythme. Surprise sur le retour, nous croisons le couple avec qui nous étions la veille sur la barque à Trang An.

  • Cathédrale Phat Diem

Après avoir lu une grande quantité d’articles et avec les recommandations auxquelles j’ai eu droit, ma curiosité n’a été que plus grande de pouvoir aller voir de mes propres yeux. J’ai été réellement impressionnée par la taille de cette cathédrale, mais aussi intriguée par le style qui mélange architecture européenne et asiatique. Malheureusement, une partie du complexe était fermée donc nous n’avons pas pu accéder à certains endroits dont la grotte de Lourdes (où j’espérais pouvoir comparer avec celle de Lourdes en France)

  • Pagode Keo

Au milieu de nulle part, vous avez cet immense complexe. J’ai personnellement beaucoup plus apprécié la cathédrale Phat Diem que la pagode Keo. Néanmoins, la prouesse architecturale reste très impressionnante.

  • Thai Binh Garden

Pour clôturer la journée, nous intégrons notre petit bungalow au Tai Binh garden. De part et d’autre, nous sommes entourées d’eau. C’est un coin de campagne dans la plus pure tradition vietnamienne. Il y a 3 bungalows baptisé par les noms d’ethnies vietnamiennes Lolo, Hmong et Dao.

Day 3 :

Journée tranquille à Thai Binh garden et dans les environs. Balade dans le village à proximité, visite d’un marché (très similaire à ceux de Madagascar). Puis activité pêche à Tai Binh garden. On repart à vélo avec madame Bich, la propriétaire. On s’arrête en route pour acheter des fruits et autres produits dont Madame Bich a besoin pour cuisiner chez elle et pour ses invités. J’en profite pour acheter des pommes et agrumes car les prix sont beaucoup moins chers qu’en ville. Ce sont en plus des produits naturels et très sucrés.

Bon plan de Ninh Binh

Puis est arrivée l’heure du retour. Un arrêt au temple Tran vient clôturer notre programme du week-end avant de rentrer tranquillement sur Hanoï. On peut constater qu’une fête du village a eu lieu avec des restes de structures de scène.

Durant ce week-end, j’ai pu redécouvrir des sites, mais surtout m’émerveiller devant de nouveaux endroits. J’ai d’autant plus compris pourquoi le Vietnam en fascinait plus d’un. Je sais déjà que je reviendrai avec la famille ou des amis.

Trucs et astuces à Ninh Binh :

  • En fonction de votre programme, adaptez vos modes de transport. Même si vous vous y prenez à la dernière minute, pensez à votre mode de transport pour l’aller et le retour. Dans la campagne les taxis se font rares en fin de journée aux alentours des secteurs à visiter, qui sont en dehors des axes principaux et difficiles d’accès pour les véhicules notamment.
  • Il est parfois préférable de commencer tôt la journée pour éviter d’être rattrapé par la nuit en cours de visite. Vous pouvez ainsi profiter de magnifiques levers de soleil, notamment à Hang Mua (Mua caves). Si vous optez pour des activités aux aurores, soyez bien équipé (lumière, chaussures confortables et vêtements chauds)
  • Pour le parking, il y a toujours un endroit pour garer généralement les scooters et vélos en campagnes. Vérifiez près des bureaux d’entrée où exactement sont les zones de parking pour éviter de payer parfois à tort des villageois qui s’improvisent gardiens (Nga et moi sommes tombées dans le panneau à Hang Mua… leçon à retenir pour les prochaines fois)