Circulation à Hanoi

Hanoi possède une très grande concentration de deux-roues. La moto (scooter pour la très grande majorité) est reine dans la capitale, mais les quatre-roues (voiture, mini-van, bus/car, camion, etc.) et les vélos sont des alternatives possibles et font partis du paysage de la circulation à Hanoi. Les piétons et les modes de déplacement dérivés (roller, skate-board, trottinette) sont minoritaires dans la ville.

01

Les transports en commun se résument aux seuls bus public. On est en train actuellement de construire un réseau de métro dont les travaux sont visibles (infrastructure aérienne). La date de disponibilité du réseau m’est encore inconnue mais les travaux avancent vite. Il faut se contenter pour l’instant du réseau de bus.

Hanoi possède un réseau de bus très développé.

Pour les non-Vietnamiens, je vous conseille d’avoir le nom de votre destination écrit en vietnamien, ou mieux encore, une image (photo, dessin, carte) de votre destination imprimée sur papier ou enregistrée dans votre appareil numérique préféré, afin de le montrer aux chauffeurs ou conducteurs. Un bloc-note et un petit stylo ou un smartphone sont vos meilleurs compagnons dans le circuit individuel à Hanoi.

Si vous avez un GPS (smartphone ou appareil GPS), marquez votre destination dans l’appareil et vérifiez bien lors du déplacement, que le véhicule va dans la bonne direction et se rapproche de votre point d’arrivée. Personnellement, j’utilise googlemap sur mon smartphone et je marque ma destination sur la carte.

02

Xe Om ou Moto-Taxi

Le xe om (ou moto-taxi) est le moyen le plus adapté pour circuler dans la capital pour arriver directement à votre destination, sans faire les derniers mètres a pied. C’est un moyen de transport pas très onéreux (entre 10 000 et 40 000 dongs suivant la distance). L’inconvénient est que faute de meilleure température au Vietnam, ce n’est pas très agréable. Il est pratique d’avoir des lunettes et un masque en tissu ou en papier pour se protéger de la poussière. Le casque est compris dans le service. La distance est normalement pas trop longue. Les xe om restent généralement dans un secteur équivalent à un arrondissement de Paris. Pour une longue course, il vaut mieux prendre le taxi. On peut les reconnaître avec leur compteur installer sur le guidon. D’autres, moins officiels, vous appelleront en disant en vietnamien « xèr omme eingue/tri/ème oeil » (moto-taxi monsieur/madame). Vous pouvez alors négocier le prix. Veillez à ce que ce ne soit pas au dessus de 50 000 dongs et que pour 10 000 dongs, vous avez une course de 2 ou 3 rues, pas plus.

03

Réseau de bus

Le réseau de bus à Hanoi est développé dans la capital. Les grands axes ainsi que les points importants, les centres commerciaux, les quartiers populaires et les centres administratifs sont très bien desservis. Comme les poids-lourds sont très rares, en cas d’accident, votre intégrité physique n’est pas en danger, d’autant plus que la circulation n’est pas rapide (les véhicules circulent entre 10 et 50 km/h, en moyenne 30 km/h). Les derniers mètres (souvent longues) sont à faire à pied ou en xe om. Comptez entre 7 000 et 15 000 dongs pour le trajet (et ce, quelque soit la distance). C’est un service qui n’est pas cher, il faut donc s’attendre à une qualité équivalente. Au moins, on est protégé des accidents, de la pluie et du vent. C’est pas mal. Les bus sont numérotés de 1 à 60. Il existe aussi des bus à 3 chiffres, mais ils ne desservent pas la capital intra muros. Chaque ligne étant relativement longue (la ligne 17 part du centre de Hanoi pour aller vers l’aéroport de Noi Bai situé à plus de 30 km de la capital…) et le nombre de bus en sous-effectif, il faut compter 30 à 60 min de temps d’arrêt. Encore une fois, le GPS du smartphone est grandement conseillé pour savoir si on va dans la bonne direction et où descendre. Il n’y a pas de nom de la station pour les arrêts de bus donc donner au conducteur et au contrôleur (ils travaillent en binôme) le nom écrit en vietnamien ou une image du lieu à visiter et ils vous diront quels bus prendre et où descendre. Un bout de papier et un stylo, ou carrément un smartphone ou un appareil photo vont seront d’une grande utilité.

bus

Taxi

Le taxi reste de loin le moyen le plus cher. Il reste cependant bon marché par rapport à la France. Ses avantages sont le confort, le transport de valises ou de petit groupe, la sécurité, la destination atteinte et la distance très flexibles et convenables à un voyage Vietnam pas cher. Le compteur n’est pas en dongs (mais le prix l’est, n’oubliez pas !). La course commence à partir de 5 000 dongs mais le compteur indique 50. Pas besoin de faire l’ENA pour comprendre qu’il faut multiplier par 100. Mais quel que soit ce qui est indiqué sur le compteur, une course est de 5 000 dongs minimum et peut s’envoler à plus de 1 000 000 dongs ! Vérifiez bien le compteur et comme d’habitude, ayez sur vous un GPS, une photo du lieu de destination, un bloc-note, etc.. Le réseau des taxis est le plus dévéloppé au Vietnam en général, et à Hanoi en particulier: vous trouverez un taxi partout et à tout moment.

Location de vélo ou de scooter

Vous pouvez louer, voire acheter, des vélos ou des vélos électriques. Les prix sont très ouverts. On y trouve de tout mais le rapport qualité/prix est plus que correct. Il en va de même pour les scooters, bien que les formalités sont plus complexes et contraignante (passeport comme garantie par exemple). Cependant, ces moyens de transport sont fortement déconseillés car la circulation est chaotique et demande un temps d’adaptation relativement conséquente. En plus, la police est très présente dans la capital et les amendes sont lourdes.

05

 

Consultez également

Les plus belles plages au Vietnam

Découvrez les plus belles sites banéaires au Vietnam ! Le Vietnam est un pays en forme ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *